Ahmadou Kourouma

kouroumaA l’occasion du cinquantenaire des Indépendances africaines, célébré durant toute cette année en France comme dans 14 pays d’Afrique, et du quarantième anniversaire de l’avènement de la notion même de francophonie, paraît la première biographie consacrée à Ahmadou Kourouma, écrite par le journaliste et écrivain Jean-Michel Djian. L’auteur retrace (il ne s’agit pas ici d’une biographie à thèse, ni d’un compte rendu exhaustif, mais d’une biographie inspirée, intuitive) l’itinéraire surprenant du grand écrivain ivoirien, montrant combien Kourouma est devenu une figure incontournable dont se réclame aujourd’hui toute la nouvelle génération des écrivains africains, de Kossi Efoui à Fatou Diome, de Abdourahman Waberi à Alain Mabanckou. Il a clos un « siècle désespéré » et ouvert une nouvelle page, en émancipant l’Afrique des questionnements de l’héritage colonial et post-colonial, et en libérant de façon décisive une parole entravée par des discours dominants d’inspiration le plus souvent « ethnologique ». En ce sens, il est l’illustration d’une certaine modernité africaine qui, mise à l’épreuve des espoirs et des désillusions des Soleils des Indépendances, s’est patiemment constituée, envers et contre tout, durant ces dernières décennies. On n’oubliera pas que cet emblème majeur de la francophonie, d’abord découvert par un éditeur québécois, puis légitimé par un prix en Belgique, a été définitivement consacré en France par le Seuil.

Comments are closed